Un nouveau président pour le musée d’Orsay : Christophe Leribault quitte le Petit Palais

Depuis le 1er septembre, l’établissement public des musées d’Orsay et de l’Orangerie n’avait officiellement plus de directeur, Laurence des Cars ayant traversé la Seine pour succéder à Jean-Luc Martinez à la présidence du musée du Louvre. Hier 14 septembre, après trois mois de réflexion, Emmanuel Macron a finalement nommé Christophe Leribault, actuel directeur du Petit Palais, à la présidence de l’établissement public. Ce dernier prendra ses fonctions le 5 octobre prochain pour une durée de 5 ans. Son successeur n’a pour l’heure pas été désigné.

Un « parcours exemplaire »

Depuis la nomination au Louvre de Laurence des Cars, à la fin du mois de mai, les suppositions allaient bon train quant à sa succession. Les semaines passant sous le soleil d’été, on avait vu se révéler plusieurs candidats : Olivier Gabet, directeur du musée des Arts décoratifs, Sylvie Patry, directrice de la conservation et des collections du musée d’Orsay, Sébastien Allard, directeur du département des peintures du musée du Louvre ou encore Sylvain Amic, directeur de la Réunion des musées métropolitains Rouen Normandie. Mais le « parcours exemplaire » de Christophe Leribault, comme le souligne l’Élysée, aura finalement eu raison de ces remarquables adversaires.

« Le Théorème de Narcisse », l’exposition de Jean-Michel Othoniel sera présentée au Petit Palais du 28 septembre au 2 janvier. Photo : Gold Lotus, 2019 ©Claire Dorn/Courtesy of the Artist & Perrotin © ADAGP, Paris, 2021

Diplômé de l’École du Louvre et de l’Université Paris IV-Sorbonne, Christophe Leribault obtient son doctorat en histoire de l’art en 1999 en soutenant une thèse sur le peintre du XVIIIe siècle, Jean-François de Troy (auquel il consacrera son premier ouvrage, paru en 2002). Parallèlement, il commence sa carrière au musée Carnavalet à Paris en tant que conservateur chargé des peintures et des dessins, avant de devenir directeur adjoint du cabinet d’arts graphiques du musée du Louvre en 2006. Un an plus tard, il prend la direction du musée national Eugène Delacroix, un poste qu’il ne quittera qu’en 2012, date à laquelle il rejoint le Petit Palais-musée des beaux-arts de la Ville de Paris en tant que directeur. Christophe Leribault possède également une importante expérience internationale grâce notamment à son passage au département des Arts décoratifs du Getty Museum de Los Angeles et à son séjour en tant que pensionnaire à la Villa Médicis à Rome.

De Vleermuis (2014-19) de Johan Creten, présenté entre le Grand Palais et le Petit Palais, Paris, 2019 (©Guy Boyer).

La régénération du Petit Palais

En tant que directeur du Petit Palais, Christophe Leribault a contribué à la régénération de ce musée des beaux-arts que les Parisiens avaient quelque peu déserté. On lui doit notamment les très populaires expositions « Paris 1900 » en 2014, « Les Bas-fonds du Baroque. la Rome du vice et de la misère » en 2015 et plus récemment « L’Âge d’or de la peinture danoise », exposition blockbuster du déconfinement à l’automne 2020. Il a également favorisé de belles réhabilitations d’œuvres oubliées, telles que celle du très sulfureux dessinateur Jean-Jacques Lequeu (1757-1826). Sous sa présidence, l’institution s’est également ouverte à la création contemporaine en s’inscrivant dans le programme hors-les-murs de la Fiac (Fiac Projects) ou encore en accueillant les expositions de Yan Pei-Ming ou Andrea Serrano. Christophe Leribault avait également soutenu le projet d’installation du Bouquet of Tulips de Jeff Koons dans les jardins mitoyens du musée.

Cet article Un nouveau président pour le musée d’Orsay : Christophe Leribault quitte le Petit Palais est apparu en premier sur Connaissance des Arts.