TÉMOIGNAGE. Guerre en Ukraine : “Quand un obus explosait, c’était comme un tremblement de terre”, raconte une habitante qui a pu fuir Marioupol

Svetlana a réussi, avec sa fille, à quitter la ville martyre de Marioupol. Les deux femmes habitaient à quelques centaines de mètres de l’usine Azovstal où sont encore retranchés les derniers soldats ukrainiens. Des conditions de vie très précaires au milieu des obus tirés par les deux camps.