Rome : la façade du Palais Farnèse éventrée par un trompe-l’œil monumental de JR

Le Palais Farnèse de Rome, célèbre édifice de la Renaissance qui accueille depuis 1874 l’ambassade de France en Italie, se pare temporairement d’une nouvelle façade. Actuellement en travaux, il est aujourd’hui entouré d’échafaudages recouverts par un trompe-l’œil de JR qui dévoile l’intérieur de l’édifice. Créée spécialement à l’invitation de l’ambassade, cette anamorphose monumentale occupe plus de 600 mètres carrés de la façade du monument. S’inscrivant dans le programme de valorisation artistique du chantier de restauration des façades et toitures du Palais Farnèse, elle est constituée de l’habituelle technique de collage photographique de l’artiste constitué d’aluminium imprimé et de bâches de vinyle et est fixée sur les palissades du chantier ainsi que sur la structure des échafaudages. Revisitant l’intérieur de l’édifice romain, le trompe-l’œil noir et blanc de JR offre aux passants une brèche imaginaire dans la façade du palais, un hommage fantaisiste à la collection Farnèse et une illustration assez littérale de la volonté de l’ambassade qui souhaite laisser le palais « ouvert pour travaux » durant le chantier.

Un spectaculaire hommage au Palais Farnèse

Intitulée Punto di Fuga (point de fuite en français), l’œuvre fantaisiste de la Ville Éternelle rappelle La Ferita (la blessure en français), celle réalisée par JR en mars dernier sur la façade du Palais Strozzi, à Florence. Donnant l’impression aux passants d’entrer dans l’architecture du lieu, l’anamorphose romaine de l’artiste met également en lumière plusieurs chefs-d’œuvre de la collection Farnèse tels que l’Hercule Farnèse, sculpture antique du IIIe siècle replacée par l’artiste au rez-de-chaussée dans le Cortile du palais (son lieu d’origine depuis sa découverte en 1546 dans les ruines des thermes de Caracalla et conservée aujourd’hui au Musée archéologique de Naples), la colonnade du vestibule d’Antonio da Sangallo ou encore les fresques de Francesco Salviati (1510-1563) et des frères Taddeo et Federico Zuccari.

La Ferita, Palazzo Strozzi, JR, 2021. © JR

Punto di Fuga est également pensée comme une rencontre entre l’histoire et le contemporain, tel que l’exprime l’ambassadeur de France à Rome, Christian Masset : « Accueillir cette œuvre de JR sur la façade du Palais Farnèse est une manière pour nous, pendant les travaux, de montrer également le palais d’un point de vue artistique très contemporain, et de le montrer d’une manière innovante et différente. C’est également une contribution à la relance de la culture à Rome après ces longs mois de pandémie, en montrant l’intérieur du palais qui est plus que jamais, grâce à ce chantier de restauration, « ouvert pour travaux ». »

Œuvre de JR devant la Tour Eiffel, 2021. © JR

Une nouvelle façon de symboliser le lien entre la France et l’Italie par la culture

Depuis plusieurs années déjà, JR s’attelle à faire vivre les monuments patrimoniaux : en 2016, il fait disparaître la pyramide du Louvre à Paris, en 2019, il rend hommage à cette même pyramide de Pei et révèle durant quelques jours les excavations du Louvre, en mars dernier, il réalise la fameuse blessure sur la façade du Palais Strozzi, et, dernièrement, il ouvre une brèche vertigineuse sur le parvis du Trocadéro, dans l’alignement de la Tour Eiffel à Paris. Punto di Fuga joue également avec la façade du Palais Farnèse en mettant en avant des éléments de l’architecture de Sangallo et de Michel-Ange ainsi que des détails, mais pas des moindres, comme les armoiries des Farnèse. « C’est aussi une nouvelle façon de symboliser le lien entre la France et l’Italie par la culture. », conclut Christian Masset.

Cet article Rome : la façade du Palais Farnèse éventrée par un trompe-l’œil monumental de JR est apparu en premier sur Connaissance des Arts.