Retour en Grèce des marbres du Parthénon : l’Unesco relance le débat

Les marbres du Parthénon d’Athènes, passées en mains britanniques via le diplomate et militaire Lord Elgin en 1801, sont conservés depuis 1816 au British Museum (Londres). La Grèce a pourtant fait connaître depuis le début du XIXe siècle son souhait de récupérer ces chefs-d’œuvre antiques. Alors que le British Museum a fait parler de lui ces derniers mois en raison de fuites d’eau apparues dans les galeries conservant ces fameux marbres, le Comité intergouvernemental « Retour & Restitution » de l’Unesco se serait prononcé en faveur de leur rapide retour en Grèce. L’information a été donnée par la ministre grecque de la Culture elle-même, Linda Mendoni.

Des mauvaises conditions de conservation

Les conditions de conservation douteuses de ces marbres, mises en lumière dans la presse internationale, ne sont sans doute pas étrangères à cette prise de position. Linda Mendoni a précisé que les recommandations du Comité concernaient en partie les « mauvaises conditions d’exposition dans lesquelles les sculptures sont conservées au British Museum ».

Des sculptures du Parthénon au British Museum. © Wikimedia Commons

Un rapport à venir

L’information devrait être confirmée par la publication, au cours du mois d’octobre, du rapport de cette 22e session du Comité intergouvernemental « Retour & Restitution ». Celui-ci se serait réuni récemment, à Paris. Il a pour mission globale de faciliter les négociations bilatérales entre différents pays pour encourager le retour et la restitution de propriétés culturelles acquises de manière illicite ou durant des périodes de colonisation. Pour le moment, Boris Johnson campe sur sa position et affirme que les marbres resteront en Angleterre, ayant selon lui été acquis de manière légale par Lord Elgin.

Cet article Retour en Grèce des marbres du Parthénon : l’Unesco relance le débat est apparu en premier sur Connaissance des Arts.