Restitution : les trésors royaux d’Abomey exposés pour la première fois au Bénin

Si le discours d’Emmanuel Macron à l’Université de Ouagadougou a Burkina Faso (« Je veux que d’ici cinq ans les conditions soient réunies pour des restitutions temporaires ou définitives du patrimoine africain en Afrique ») semble aujourd’hui bien loin, la première importante restitution d’objets de collections publiques à un pays africain vient d’être finalisée après deux ans de négociations entre Paris et Cotonou. Après une dernière exposition événement au musée du quai Branly-Jacques Chirac et leur restitution en novembre dernier, les 26 trésors du Royaume du Dahomey sont aujourd’hui présentés pour la première fois au Bénin, soit 129 ans après leur vol, dans l’exposition « Art du Bénin d’hier et d’aujourd’hui, de la restitution à la révélation » jusqu’au 22 mai au palais présidentiel de Cotonou.

Du palais d’Abomey au quai Branly

Pillées en 1892 dans le palais d’Abomey (capitale du Royaume du Dahomey, Bénin actuel) par les troupes coloniales françaises du général Alfred Dodds, ces 26 œuvres du « Trésor de Béhanzin » ont ensuite été offertes au Musée d’Ethnographie du Trocadéro (aujourd’hui disparu) avant d’intégrer les collections du musée du quai Branly-Jacques Chirac en 2003. Depuis septembre 2016, le Bénin les réclamait. Ils ont été exposés une dernière fois du 26 au 31 octobre au quai Branly dans « Bénin : la restitution de 26 œuvres des trésors royaux d’Abomey », avant d’être rendus à leur pays d’origine grâce à la loi dérogatoire au code du patrimoine français votée par le Parlement en décembre 2020.

Statue royale mi-homme mi-lion du roi Glèlè, statue royale mi-homme mi-oiseau du roi Ghézo et statue royale mi-homme mi-requin du roi Béhanzin lorsqu’elles étaient présentées au musée du quai Branly-Jacques Chirac © Shonagon

Aujourd’hui, ces objets sont exposés dans un espace muséal de plus de 2000 m² aménagé pour l’exposition historique. La veille de l’ouverture de l’événement, le président béninois Patrice Talon a inauguré samedi soir l’exposition des 26 pièces. « Avec cette exposition, nous rendons au peuple béninois, une partie de son âme, une partie de son histoire, et de sa dignité », a déclaré à l’AFP le ministre de la Culture du Bénin, Jean-Michel Abimbola. « Ce travail de restitution continue », a assuré Roselyne Bachelot lors de l’inauguration officielle. « Nous sommes en train de travailler sur une loi-cadre pour faciliter ces retours. » Après les sceptres, trônes et statues royales mi-homme mi-lion du roi Glèlè et mi-homme mi-oiseau du roi Ghézo ou encore le trône du roi Ghézo, c’est la sculpture du Dieu Gou, conservée au musée du Louvre, qui fait actuellement l’objet d’une demande de restitution du Bénin.

En plus de ces objets du passé, l’exposition met en lumière 34 artistes béninois contemporains sélectionnés pour présenter plus d’une centaine d’œuvres, à l’instar d’Yves Appollinaire Pèdé, Dimitri Fagbohoun, Emo de Medeiros, Romuald Hazoumè et Moufouli Bello.

Cet article Restitution : les trésors royaux d’Abomey exposés pour la première fois au Bénin est apparu en premier sur Connaissance des Arts.