Réouverture des musées : les visiteurs ont-ils retrouvé le chemin des expositions ?

Si les Français ont réussi à braver le mauvais temps pour se rendre en terrasse, après six mois d’abstinence, l’appel de la culture a-t-il été aussi fort que celui du houblon ? Ce mercredi 19 mai, jour tant attendu de la réouverture, les musées et centres d’art étaient dans les starting blocks. Que ce soit « Chagall, le passeur de lumières » au Centre Pompidou-Metz, « L’empire des sens, de Boucher à Greuze » au musée Cognacq-Jay ou encore « L’heure bleue de Peder Severin Krøyer » au musée Marmottan Monet, les expositions fantômes ont enfin pu accueillir le public, et les événements prolongés ont enfin pu retrouver les visiteurs dans le respect des nouvelles restrictions sanitaires. À l’ère du Covid-19 et des réservations en ligne, les petits et grands musées ont-ils fait salles combles ?

Environ 800 visiteurs par jour pour l’exposition « Les Origines du monde » au musée d’Orsay

Port du masque obligatoire, gel hydroalcoolique, sens de circulation, jauge réduite, réservation obligatoire… Depuis le premier déconfinement, les institutions culturelles, et les visiteurs qui les fréquentent, connaissent bien la chanson. Le premier jour de réouverture, les aficionados d’art du XIX siècle étaient entre 3000 et 3500 à se rendre au musée d’Orsay pour découvrir notamment « Les Origines du monde » et « Modernités suisses (1890-1914) » mais aussi les collections permanentes. Chaque jour, environ 800 personnes foulent les salles de l’exposition-événement sur l’invention de la nature au XIXe siècle. Si ces chiffres sont loin des 15 000 visiteurs par jour du monde de l’avant Covid-19, avec les jauges réduites, le musée affiche complet jusqu’à mercredi 26 mai pour les créneaux des visites des expositions. Au Centre Pompidou, on observe des chiffres similaires. Mercredi, 3 445 amoureux d’art moderne et contemporain se sont rendus au Musée national d’art moderne et 95% des créneaux de l’exposition phare « Elles font l’abstraction » étaient complets.

Vue de l’exposition « Dalí, l’énigme sans fin » avec Rêve causé par le vol d’une abeille autour d’une pomme-grenade, une seconde avant l’éveil, 1944. ©Succession Dalí, ©Adagp, Paris, 2021 Photo ©Sophie Lloyd

Le public ne boude pas non plus les expositions numériques. Depuis la réouverture, l’Atelier des Lumières à Paris et les Bassins de Lumières à Bordeaux voient déambuler respectivement 2 000 et 1 500 visiteurs par jour. Les vastes surfaces de projection de la grande halle et des bassins de la base sous-marine permettent en effet d’accueillir de nombreux amateurs d’expériences artistiques immersives. Ce qui n’est pas le cas de plus petits musées comme le Petit Palais, musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris, qui a pu recevoir le jour de sa réouverture 241 personnes pour « Édition limitée. Vollard, Petiet et l’estampe de maîtres », le musée de la Vie romantique à Paris qui a accueilli 117 visiteurs pour « Tempêtes et naufrages. De Vernet à Courbet » ou encore le musée Jacquemart-André attire 400 amoureux de néo-impressionnisme pour « Signac – les harmonies colorées ».

De meilleures conditions de visite

Certaines expositions fermées prématurément en octobre dernier ont également pu reprendre vie. C’est le cas de « Gabrielle Chanel. Manifeste de mode » au Palais Galliera, musée de la mode de la Ville de Paris, qui a reçu 947 visiteurs, le 19 mai. Si se rendre dans un musée demande aujourd’hui toute une organisation et met entre parenthèses la possibilité de visites spontanées, les restrictions sanitaires ont l’avantage de pouvoir offrir des conditions de visite optimales, permettant des tête-à-tête exceptionnels avec des chefs-d’œuvre pour vivre au mieux l’expérience physique de la contemplation artistique au sein des musées.

Cet article Réouverture des musées : les visiteurs ont-ils retrouvé le chemin des expositions ? est apparu en premier sur Connaissance des Arts.