Quand Picasso inspirait les artistes des avant-gardes arabes

L’univers méditerranéen, sa culture, sa mythologie, son art occupent une place essentielle dans l’art de Pablo Picasso. Inversement, la Méditerranée, et plus exactement sa composante arabe, a gardé une profonde impression du peintre espagnol. C’est ce que révèlent l’exposition inédite « Picasso et les avant-gardes arabes », proposées jusqu’au 10 juillet par l’Institut du monde arabe de Tourcoing, en quelque soixante-dix œuvres venues de collections privées du Moyen-Orient et du Musée national Picasso.

Guernica, un étendard

Dès 1938, les surréalistes égyptiens, réunis au sein du groupe Art et Liberté, publient leur manifeste Vive l’Art dégénéré, orné d’une reproduction de Guernica. Un an à peine après sa présentation à l’Exposition internationale de Paris, cette œuvre fondamentale fait déjà office d’étendard pour une avant-garde gagnée à la modernité. En 1951, le Groupe de Bagdad revendique à son tour le patronage de Picasso.

Hafidh Droubi, Cock Fight, 1967, Courtesy of Ramzi & Saeda
Dalloul Art Foundation.

L’intérêt des artistes arabes se nourrit des multiples dimensions de l’art picassien, à la fois plastiques et politiques. Sur le plan formel, l’éclatement en facettes prismatiques, comme on l’observe sur les visages et les espaces, mène à une redéfinition de la figuration. Sur un plan plus politique, les convictions pacifistes, anticolonialistes, et le goût pour les arts non occidentaux catalysent le rapprochement des artistes d’Algérie, d’Égypte, du Liban ou d’Irak avec Picasso. L’exposition de Tourcoing explore également la relation intime de Picasso, né à Malaga aux Arts de l’Islam.

« Picasso et les avant-gardes arabes »
Institut du monde arabe-Tourcoing
9 rue Gabriel Péri 59200 Tourcoing
03 28 35 04 00
www.ima-tourcoing.fr
du 2 avril au 10 juillet

Cet article Quand Picasso inspirait les artistes des avant-gardes arabes est apparu en premier sur Connaissance des Arts.