Prix du livre d’art 2021 : L’hypnose et la sculpture de la Renaissance italienne mises à l’honneur

Le Palais Fesch-musée des Beaux-Arts d’Ajaccio a célébré ce weekend les beaux livres. Samedi 26 juin, le Prix du livre d’art 2021, porté par la ville corse et doté de 3000 €, a été remis à Hypnose, art et hypnotisme de Mesmer à nos jours, de Pascal Rousseau, professeur d’enseignement théorique et d’histoire de l’art aux Beaux-Arts de Paris et professeur d’histoire de l’art à l’université Paris 1 Panthéon Sorbonne. Coédité par les Beaux-Arts de Paris et le Musée d’arts de Nantes, l’ouvrage est paru en octobre dernier à l’occasion de l’exposition « Hypnose », dont l’auteur est co-commissaire. Le prix complémentaire du catalogue d’exposition a récompensé « Le Corps et l’âme, de Donatello à Michel-Ange, sculptures italiennes de la Renaissance » de Marc Bormand, Beatrice Paolozzi Strozzi et Francesca Tasso (Éditions du musée du Louvre).

Un livre au croisement de l’histoire de l’art, l’histoire des sciences et de la culture populaire

Depuis sa création, le Prix du livre d’art met en lumière un ouvrage d’histoire de l’art accessible au grand public. Mêlant histoire de l’art, histoire des sciences et culture populaire, ce n’est pas une grande surprise qu’Hypnose soit cette année plébiscité. Rassemblant plus de 500 illustrations, le livre de Pascal Rousseau associe pour la première fois pratiques artistiques et histoire de l’hypnotisme. De son invention chez Franz Anton Mesmer il y a près de 250 ans à l’hypnose pratiquée par Charcot à la Salpêtrière, sans oublier l’intérêt de Freud, Lacan, de Robert Desnos et des surréalistes pour la discipline, le spécialiste des avant-gardes historiques propose de croiser art et science pour une fascinante histoire culturelle et visuelle de l’hypnose.

Les lauréats du Prix du livre d’art et du Prix et Prix du catalogue d’exposition ©DR

Composé de Sébastien Allard (directeur du département des Peintures du musée du Louvre), Laurence des Cars (Présidente du musée d’Orsay et du musée de l’Orangerie), Éric de Chassey (directeur général de l’Institut national d’histoire de l’art), Marie-Christine Labourdette (présidente du château de Fontainebleau), Jean de Loisy (directeur de l’École nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris), Sophie Makariou (présidente du Musée national des arts asiatiques – musée Guimet), Philippe Morel (professeur des universités, Histoire et civilisations, Université Paris I Panthéon Sorbonne) et Marielle Pic (conservatrice générale et directrice du département des Antiquités orientales au musée du Louvre), le jury a cette année présélectionné Les Mays de Notre-Dame de Paris, 1630-1707 de Delphine Bastet (éditions Arthena), Les Contes de Perrault illustrés par l’art brut de Charles Perrault, Bernadette Bricout, Céline Delavaux (éditions Diane de Selliers) et Hypnose de Pascal Rousseau (édition de l’école des Beaux-Arts).

Les lauréats lors de la cérémonie le samedi 26 juillet. ©DR

Pour le prix complémentaire consacré aux catalogues d’exposition, c’est donc la sculpture de la Renaissance italienne du « Corps et l’âme », de Marc Bormand, Beatrice Paolozzi Strozzi et Francesca Tasso aux Éditions du musée du Louvre qui s’est imposée face aux « Origines du monde » de Laura Bossi aux Éditions Gallimard et éditions du musée d’Orsay.

Cet article Prix du livre d’art 2021 : L’hypnose et la sculpture de la Renaissance italienne mises à l’honneur est apparu en premier sur Connaissance des Arts.