Patrimoine : à la découverte des exceptionnelles peintures murales de la Vallée des fresques dans la Vienne

L’abbaye de Saint-Savin, inscrite au Patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1983, constitue la porte d’entrée de la Vallée des fresques. Surnommée la « Sixtine romane » par André Malraux, elle renferme un exceptionnel ensemble de peintures murales de l’époque romane. Le porche d’entrée est consacré au cycle de l’Apocalypse tandis que le programme dédié à la Passion et à la Résurrection du Christ orne les parois et la voûte de la tribune haute, le berceau de la nef, quant à lui, accueillant une cinquantaine d’épisodes de l’Ancien Testament. À Saint-Germain, sur la rive droite de la Gartempe, l’église du même nom, dépendance de l’abbaye de Saint-Savin au XIIe siècle, est ornée de surprenantes peintures en grisaille que l’on doit à Octave Pichault (1827-1907). Ces dernières, qui donnent l’illusion de bas-reliefs, représentent des scènes de la vie de Saint-Germain, évêque d’Auxerre.

De riches peintures murales

À Antigny, l’église romane Notre-Dame présente sur sa nef un ensemble de peintures murales de différentes époques – les plus visibles, mises au jour au début des années 1990, datent du XIVe siècle – et dans une chapelle dédiée à sainte Catherine apparaît notamment une représentation de la Rencontre des trois morts et des trois vifs. Ce thème de la littérature du XIIIe siècle est également le sujet des peintures murales du XVe siècle décorant la voûte de la chapelle funéraire Sainte-Catherine à Jouhet.

L’abbaye de Saint-Savin compte le plus grand ensemble de peintures murales d’Europe des XIe et XIIe siècles. ©Remi Berthon

À Montmorillon, trois édifices sont à découvrir. L’église Notre-Dame, attestée dès le XIe siècle et remaniée à de multiples reprises, abrite dans la crypte Sainte-Catherine un riche décor de peintures murales du XIIe siècle évoquant quelques épisodes de la vie légendaire de sainte Catherine d’Alexandrie. Les deux autres monuments sont situés dans l’enceinte de la Maison-Dieu, monastère-hôpital construit au XIIe siècle. La chapelle Saint-Laurent, transformée en chapelle du petit séminaire au XIXe siècle, est décorée de peintures murales évoquant les thèmes de l’enseignement liturgique comme la Vierge, saint Joseph, les pères de l’Église, les saints et saintes du Poitou et aussi une étonnante ribambelle d’anges dans la coupole. À quelques mètres de là, se trouve l’Octogone, ancienne chapelle funéraire du XIIe siècle. Le sobre décor peint qui souligne les moulures des ogives de la voûte et les chapiteaux a été restitué lors de la restauration des années 1990.  Enfin, à Saulgé, l’église Saint-Divitien, ancienne église romane qui dépendait de l’abbaye Notre-Dame-du-Bourg-Dieu à Déols (Indre), présente un décor de peintures murales réalisé en 1859 : une variété de motifs peints – damiers colorés, frises géométriques, objets liturgiques – met en valeur l’architecture du chœur. La Vallée des fresques illustre bien la diversité et la richesse du patrimoine architectural de la Vienne.

Cet article Patrimoine : à la découverte des exceptionnelles peintures murales de la Vallée des fresques dans la Vienne est apparu en premier sur Connaissance des Arts.