Guerre en Ukraine : l’Unesco alerte sur la mise en péril du patrimoine culturel du pays

Face à l’avancée des troupes de Vladimir Poutine, des bombardements de villes, de bâtiments, de musées, le monde entier retient son souffle et s’indigne sur l’état d’une Ukraine mise à feu et à sang. Pays et institutions condamnent fermement ces agissements. Parmi les acteurs culturels et politiques qui redoutent l’amenuisement total du patrimoine du pays, l’Unesco suit de près les dommages causés par la guerre, notamment grâce aux images satellites et à ses liens avec les directeurs de grands musées. Celle-ci tire la sonnette d’alarme et se montre gravement préoccupée par le devenir du patrimoine culturel ukrainien.

Prévenir du danger et préparer la défense du patrimoine

Depuis ces derniers jours, l’Unesco se penche sur l’évaluation des risques pour les institutions culturelles et le patrimoine de l’Ukraine. Elle en appelle à leur protection, et notamment celle des sept sites inscrits au patrimoine mondial de l’Unesco, dont la cathédrale Sainte-Sophie à Kiev, ou bien les vestiges de la cité antique de Chersonèse Taurique.

Ruines de la cité de Chernonèse Taurique, au bord de la mer Noire ©️Wikimedia Commons / Russianname

Dans un communiqué, l’organisation précise à ce titre qu’elle s’efforce de « marquer aussi rapidement que possible les principaux monuments et sites historiques d’Ukraine avec le signe distinctif de la Convention de La Haye de 1954, un signal internationalement reconnu pour la protection du patrimoine culturel en cas de conflit armé ». L’Unesco cherche également à organiser une réunion avec les directeurs de musées du pays afin de coordonner la sauvegarde des collections de leurs établissements.

Un bilan inquiétant

L’institution tente également de faire respecter les principes du droit international, en appelant à appliquer pleinement la résolution 2347 du Conseil de sécurité des Nations unies, qui condamne « la destruction illégale de sites et d’objets religieux, ainsi que le pillage et le trafic de biens culturels provenant de sites archéologiques, de musées, de bibliothèques, d’archives et d’autres sites ». Deux villes, ayant fait l’objet de tirs, préoccupent particulièrement : Tchernihiv, inscrite sur la « liste indicative du patrimoine mondial de l’Ukraine » ; et Kharviv, inscrite comme « Ville créative » pour la Musique au sein de l’Unesco, et qui possède l’une des plus grandes places d’Europe ainsi qu’un important ensemble architectural constructiviste. le 1er mars, cette ville a fait l’objet d’un tir de missile, qui a endommagé la cathédrale de l’Assomption, une église orthodoxe russe, un bâtiment gouvernemental, un opéra et une salle de concert. Une attaque au missile aurait aussi touché le mémorial de l’Holocauste de Babyn Yar à Kiev, le site de l’une des plus grandes fusillades de Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale.

Le mémorial de l’Holocauste de Babyn Yar à Kiev aurait été touché ©️Wikimedia Commons / Victor Polyanko

L’organisation regrette également la destruction progressive du patrimoine artistique, victime des bombardements russes, comme la perte d’œuvres de l’artiste ukrainienne Maria Prymachenko durant l’incendie du Musée d’histoire locale de la ville d’Ivankiv qui les abritait. S’investissant dans sa mission et son devoir de protection du patrimoine, l’Unesco appelle la communauté internationale à se mobiliser également pour préserver la richesse culturelle de l’Ukraine pour les générations futures.

Cet article Guerre en Ukraine : l’Unesco alerte sur la mise en péril du patrimoine culturel du pays est apparu en premier sur Connaissance des Arts.