En Corse, découverte d’un village fortifié de l’âge du Bronze exceptionnellement conservé

Sur la commune de Sartène, en Corse-du-Sud, des archéologues de l’Inrap ont exhumé les vestiges exceptionnellement conservés d’un village fortifié de l’Âge du bronze. Mesurant vraisemblablement plus d’un hectare, il était constitué au total de 12 habitations au sein d’un espace fermé, dont trois ont été particulièrement étudiées par les spécialistes. Précédant l’aménagement d’un lotissement, les fouilles ont pris place sur le site d’I Stantari di u Frati è a Sora entre novembre 2019 et janvier 2020, où un diagnostic prescrit par la Drac de Corse avait permis en 2014 de découvrir l’existence du village. Le chantier a par ailleurs été effectué sous le contrôle de la Drac, et a été partiellement financé par le promoteur immobilier propriétaire du terrain, comme l’exige la loi.

Un endroit stratégique à flanc de colline

Situé sur le flanc d’une colline qui domine la rive gauche du fleuve Rizzanese, dans l’ouest de la Corse-du-Sud, ce village présente des enceintes dont le nombre plus important sur le versant peut s’expliquer par sa plus grande vulnérabilité. Les autres, qui sont plus abrupts, comptent des aménagements peu importants.

Le village était constitué au total de 12 habitations au sein d’un espace fermé. ©Kewin Pêche-Quilichini

Ces fortifications étaient initialement (vers 2000 ou 1800 av. J.-C.) constituées de simples rangées de palissades, qui ont ensuite été détruites et remplacées par un fossé de section triangulaire, doublé par une levée de terre avec une palissade (un « merlon palissadé »). Cet aménagement a enfin été comblé au début du bronze moyen (environ 1500 av. J.-C.), et un double mur en pierres sèches a été élevé, probablement doté d’un mâchicoulis, ce que l’on retrouvait alors dans tout le sud de la Corse.

Les premières palissades ont été remplacées par un fossé de section triangulaire. ©Kewin Pêche-Quilichini

Le responsable des fouilles Kewin Pêche-Quilichini a également expliqué, à propos des menhirs di u Frati è a Sora qui se trouvent à 250 mètres de là : « on pourrait dire que les menhirs constituent une sorte d’entrée du site. Ils sont implantés à l’endroit où il y avait le seul passage à gué du Rizzanese. Sa présence montre aussi que le site était intégré à un réseau de chemins complexes. L’existence du village fortifié apparaît comme un endroit stratégique dans les circuits de circulations et une manière aussi de contrôler la principale route ».

Le chantier a été effectué sous le contrôle de la Drac Corse. ©Kewin Pêche-Quilichini

Des habitations de 50 m² en bois

Les spécialistes affirment que certaines des habitations de ce village étaient entièrement construites en bois, tandis que d’autres présentaient un soubassement maçonné de pierre sèche. Ceux-ci précisent que « bénéficiant d’une remarquable conservation, les vestiges des bâtiments ont livré de nombreuses informations. Divisées en trois pièces (vestibule, cuisine et pièce de couchage), celles-ci s’étendent sur une superficie d’environ 50 m² ».

Les fouilles ont pris place sur le site d’I Stantari di u Frati è a Sora entre novembre 2019 et janvier 2020. ©Kewin Pêche-Quilichini

Des objets

En plus du bâti, les archéologues ont découvert de petits bijoux en serpentine, des poids de filets de pêche en calcaire, des objets de métallurgie et des éléments de vaisselle en pierre, ainsi que d’autres objets qui leur ont permis de déterminer que l’économie du village était basée sur une exploitation céréalicole, de la cueillette et de l’élevage. Il apparaît que les populations fumaient ensuite la viande pour pouvoir la conserver, et avaient construit des silos et des jarres ensilées (enterrées dans la terre) pour stocker l’ensemble.

Les archéologues ont découvert des éléments de vaisselle en pierre. ©Kewin Pêche-Quilichini

D’autres vestiges de l’Âge du bronze

Si cette fois-ci les fouilles se sont concentrées sur 3 000m², le responsable des fouilles Kewin Pêche-Quilichini « pense qu’il reste encore 70 % du village à explorer ». Par ailleurs, ce site n’est pas le seul de la vallée à dater de l’Âge du bronze : « il y en a un sur la colline au-dessus du campus Agricorsica. Il existe aussi un autre site imposant qui domine les vignes du Fiumicicoli. On peut voir encore de grosses enceintes en pierre, des tours… il y aurait moyen de faire un beau réseau de sites à visiter ».

Cet article En Corse, découverte d’un village fortifié de l’âge du Bronze exceptionnellement conservé est apparu en premier sur Connaissance des Arts.