Découverte en Jordanie d’une des plus anciennes structures humaines au monde

Une équipe d’archéologues français et jordaniens, réunis au sein du Projet archéologique du Sud-est de Badia (SEBAP), vient d’annoncer la mise au jour, en octobre dernier, d’un complexe tout à fait exceptionnel dans le désert de Badia, situé dans la région de Jibal al-Khashabiyeh, au sud-est du pays. Vieux de plus de 9000 ans, il daterait de l’Âge de pierre et pourrait être considéré comme l’une des plus anciennes structures humaines connues. Sur le site ont notamment été découverts un autel et des répliques miniatures de pièges probablement utilisés lors de rituels d’invocation pour la chasse.

Chasse et rite dans la Jordanie néolithique

Il s’agit plus précisément de maquettes de constructions, surnommés « kites du désert » ou « cerfs-volants du désert » (en raison de leur forme), utilisés par les sociétés traditionnelles de chasseurs-cueilleurs pour piéger le gibier. Composées d’un couloir de pierre, de forme convexe, menant à un enclos, ces structures ont été identifiées sur de nombreux sites, notamment en Arabie saoudite, en Syrie ou au Kazakhstan. Elles témoignent « des stratégies de chasse de masse extrêmement sophistiquées, inattendues pour une période aussi ancienne », expliquent les archéologues.

Découverte d’une installation rituelle consacrée à la chasse massive de gazelles, à l’aide d’énormes pièges nommés « Cerfs-volants du désert » ©️Compte twitter Jordan Tourism Board

Symbolisme néolithique

Parmi les vestiges, des coquillages marins, un autel et un foyer attestent de l’existence d’une vie rythmée par les cultes et les rituels. « Le site est unique, d’abord par son état de conservation », a déclaré à l’agence « Associated Press » l’archéologue jordanien Wael Abu-Azziza, codirecteur du projet, avant d’ajouter : « Il a 9 000 ans et tout était presque intact ». 

Les vestiges découverts témoignent de la vie rituelle de la population jordanienne à l’époque néolithique ©️Compte twitter Jordan Tourism Board

Les experts soulignent la dimension heuristique de cette découverte, qui nous fournit des informations inédites sur les pratiques de ces populations. Le communiqué précise en effet que le site « met en lumière le symbolisme, l’expression artistique ainsi que la culture spirituelle de ces populations néolithiques jusqu’alors inconnues », et confirme l’importance de la chasse à cette période. Selon la déclaration des archéologues, les pièges constituent « le centre de leur vie culturelle, économique et même symbolique dans cette zone marginale ».

Les archéologues ont mis au jour des stèles anthropomorphes ©️Compte twitter Jordan Tourism Board

Le site serait donc le lieu où l’on invoque des forces spirituelles pour rendre les chasses fertiles et fructueuses. Cette fonction est également corroborée par la découverte de deux stèles de plus d’un mètre de haut ornées de représentations anthropomorphes. Mais le caractère exceptionnel de cette découverte tient aussi au fait qu’il s’agirait de la plus ancienne structure au monde construite à grande échelle et connue à ce jour. L’ambassadrice de la France en Jordanie, Véronique Vouland-Aneini, a salué cette découverte, en estimant que « cela nous donne un témoignage précieux de l’Histoire au Moyen-Orient ».

Cet article Découverte en Jordanie d’une des plus anciennes structures humaines au monde est apparu en premier sur Connaissance des Arts.