Découverte d’un des plus grands morceaux de tissu d’or antique dans une tombe à Autun

Les archéologues de l’Inrap (Institut national de recherches archéologiques préventives), travaillant avec le service archéologique de la ville d’Autun, ont fouillé, en 2020, une nécropole à proximité de l’ancienne église paléochrétienne de Saint-Pierre-l’Estrier. Dans ce cimetière utilisé entre le début du IIIe siècle et le milieu du Ve siècle, ils ont découvert plusieurs tombes présentant des fils d’or, dont la tombe numéro 47, où étaient conservés des restes importants de tissus composés de pourpre et de fils d’or. Il s’agirait du plus grand morceau de ce type jamais mis au jour.

Une nécropole accueillant les premiers chrétiens d’Autun

L’essentiel des tombes exhumées à ce jour de la nécropole de Saint-Pierre-l’Estrier date du IVe siècle. Des textes anciens ont mentionné que les premiers évêques d’Autun furent enterrés dans ce vaste complexe funéraire. Ces tombes feraient ainsi de cette nécropole la première à accueillir les dépouilles des chrétiens d’Autun. Cependant cette découverte n’exclut pas la présence de dépouilles de fidèles d’autres religions. La qualité des objets retrouvés dans plusieurs tombes ainsi que les matériaux des cercueils - le bois, la pierre mais surtout le plomb – ont permis aux archéologues de confirmer que la nécropole accueillait les élites de la ville.

Raphaëlle Chevallier, conservatrice-restauratrice, documentant les prélèvements de tissus après dégagement, nettoyage et stabilisation en préparation de l’exposition d’Autun © Lucie Marquat, Inrap

Un tissu d’or et de pourpre

Six des tombes analysées comprenaient des fils d’or notamment la tombe 47 qui conservait un tissu d’une taille exceptionnelle.

La tombe 47 et son cercueil de plomb rempli sur une quinzaine de centimètres de terre avant le prélèvement des mottes contenant le tissu d’or © Carole Fossurier, Inrap

Le cercueil de la tombe 47 ne comprenait plus de restes humains, le corps s’étant complétant décomposé. De la terre avait comblé le cercueil sur une quinzaine de centimètres. Pour connaître le positionnement des fils dans la terre, le contenu de la tombe a été l’objet d’une tomodensitométrie, une technologie du monde médicale adaptée à l’archéologie.

Fragment d’une motte de terre dans laquelle on distingue nettement la finesse des fils d’or du tissu © Lucie Marquat, Denis Gliksman, Inrap

Le tissu étant disposé sur toute la surface du cercueil à l’exception de la tête, son extraction est complexe car il faut laisser sécher la terre près d’un an, afin de permettre la récupération du vêtement sans choc thermique violent. Les matières organiques, dues aux infiltrations à l’intérieur du cercueil, ont presque entièrement disparu.

Motte de terre laissant apparaitre le tissage © F. Médard, Denis Gliksman, Inrap

Même si la nature de sa composition est partiellement connue, des études doivent encore être menées pour confirmer ce que sont exactement les matières organiques présentes sur le tissu. Les décors sont, eux aussi, inconnus. Les spécialistes pensent qu’il pourrait s’agir de motifs végétaux ou floraux.

Des pièces exceptionnelles montrées au public

Grâce à l’aide financière de plusieurs mécènes privés, les analyses et l’extraction des morceaux du précieux tissu continuent. Bien qu’il ne soit pas entièrement dégagé, des premières pièces sont exposées en ce moment au Musée Rolin d’Autun. En plus de ce textile, un vase diatrète, lui aussi de grande qualité, est dévoilé au public.

Affiche de l’exposition «D’un monde à l’Autre, Augustodunum de l’Antiquité au Moyen Âge», musée Rolin, Autun

Dans le cadre de son vingtième anniversaire, l’Inrap organise l’exposition «D’un monde à l’Autre, Augustodunum de l’Antiquité au Moyen Âge» au sein du Musée Rolin, jusqu’au 30 septembre.

À VOIR

L’exposition « D’un monde à l’Autre, Augustodunum de l’Antiquité au Moyen Âge »
Musée Rolin
3 rue des Bancs, 71400 Autun

Jusqu’au 30 septembre

Cet article Découverte d’un des plus grands morceaux de tissu d’or antique dans une tombe à Autun est apparu en premier sur Connaissance des Arts.