Découverte à Pompéi, une momie exceptionnellement préservée révèle l’importance de la culture grecque dans la cité avant l’éruption

Coup de théâtre à Pompéi : en exhumant les restes d’un individu, des chercheurs ont découvert sur sa tombe une inscription indiquant qu’il participait à l’organisation de pièces de théâtre… grecques ! Jusqu’à maintenant, aucune preuve concrète ne permettait d’affirmer que les Pompéiens bénéficiaient de représentations dramatiques en langue hellénique. Cette trouvaille, mise au jour dans la nécropole de Porta Sano dans le contexte de fouilles entreprises sur initiative de l’université européenne de Valence et du site archéologique de Pompéi, nous permet donc d’en apprendre un peu plus sur le rôle de cette culture au sein de la ville romaine.

La tombe d’un homme de théâtre

Une inscription sur la tombe du défunt l’identifie comme étant Marcus Venerius Secundio, et précise qu’il « donnait des ludi [performances] grecques et romaines ». Une tablette de cire contemporaine, conservée à l’époque par le banquier pompéien Cecilius Giocondu, note que cet homme était un esclave et qu’il servait dans le temple de Vénus avant d’être libéré et de gravir l’échelle sociale en rejoignant les Augustales, des prêtres chargés du culte impérial.

Une inscription indique que le défunt participait à l’organisation de pièces grecques. ©Cesare Abbate/Parco archeologico di Pompei

Preuve d’un climat culturel ouvert et vivant

Bien que l’on connaisse l’importance du théâtre dans la culture romaine, personne jusqu’à présent ne pouvait affirmer avec certitude que des représentations avaient lieu en langue grecque à Pompéi – des indicateurs indirects permettaient seulement de le supposer. À la suite de cette confirmation, le directeur du site archéologique de Pompéi, Gabriel Zuchtriegel, a alors déclaré dans un communiqué que « le fait que des pièces en grec aient pris place [à Pompéi] prouve que son climat culturel était ouvert et vivant ».

Le corps de Marcus Venerius Secundio est dans un état de conservation exceptionnel. ©Cesare Abbate/Parco archeologico di Pompei

Une momie à l’état de conservation exceptionnel

Autre point notable de cette découverte : l’état exceptionnel du corps de Marcus Venerius Secundio. Les chercheurs affirment qu’il s’agit de l’un des squelettes les mieux conservés de la ville ! Son état de quasi-momification pourrait être dû à la cellule qui l’accueillait et qui était fermée de manière hermétique. Les spécialistes se demandent néanmoins si un traitement intentionnel a pu être appliqué au cadavre dans le but de le conserver. Rappelons que la manière dont cet homme a été inhumé est très inhabituelle, puisque la norme pour les adultes était alors la crémation – à cette époque à Pompéi, seuls les enfants étaient enterrés !

La tombe se démarque par sa richesse et sa monumentalité. ©Cesare Abbate/Parco archeologico di Pompei

Par ailleurs sa tombe se démarque par sa richesse et sa monumentalité ; la structure consiste en un enclos de maçonnerie, et des décors de végétaux peints subsistent sur sa façade. Deux urnes funéraires ont également été trouvées aux côtés du corps, dont l’une est un très bel examplaire en verre. Afin d’en apprendre plus, les restes ont été envoyés au laboratoire de recherche appliquée du site de Pompéi, où ils font l’objet d’analyses et d’un processus de conservation. À l’avenir, la nécropole de Porta Sano pourrait être ouverte au public.

Cet article Découverte à Pompéi, une momie exceptionnellement préservée révèle l’importance de la culture grecque dans la cité avant l’éruption est apparu en premier sur Connaissance des Arts.