De la maison de Victor Hugo au Musée des Arts décoratifs, 5 expositions à visiter à Paris ce weekend

Ce printemps, les musées fleurissent d’expositions en tout genre. Si la maison de la Culture du Japon brosse le portrait sensible des enfants de l’ère Meiji, celle de Victor Hugo présente le regard dans l’art. Au cœur de l’édition 2022 des Journées européennes des métiers d’art (JEMA), plusieurs lieux et institutions célèbrent quant à eux l’artisanat et le patrimoine vivant, à l’instar de la galerie de Sèvres ou encore le Musée des Arts décoratifs qui met à l’honneur les enseignes Prisunic puis Monoprix. Tout autant d’événements qui donnent envie de flâner aux musées ces prochains jours à Paris.

1. Le Japon à hauteur d’enfant

Grâce aux prêts exceptionnels du Machida City Museum of Graphic Arts de Tokyo, la Maison de la Culture du Japon à Paris entend brosser un portrait sensible et éclairé de celles et de ceux qui ont grandi à la fin du XIXe siècle dans un archipel en pleine mutation. Des planches illustrées éducatives, aux « images-jouets » à découper, en passant par les estampes de genre, ce regard sur l’enfance nipponne promet d’être savoureux.

« Les Enfants de l’ère Meiji. À l’école de la modernité (1868-1912) »
maison de la Culture du Japon
101 bis Quai Branly, 75015 Paris
www.mcjp.fr
jusqu’au 21 mai

Japanese Fairy Tale Series, n° 11 : The Hare of Inaba, 1886, collection du Kumon Institute of Education

2. Sèvres, l’épreuve du feu

Le 13 octobre 2021 a eu lieu un événement exceptionnel dans le plus grand des six fours à bois de la Manufacture de Sèvres, construit en 1877 et classé Monument historique. Trente-trois heures de cuisson à près de 1300 degrés, suivies d’un mois de refroidissement, ont été nécessaires avant de révéler le 16 novembre dernier les créations inédites des artistes Hélène Delprat, Annette Messager et Ulla von Brandenburg. La manufacture les avait invitées à peindre sur des vases du répertoire de Sèvres, dont le monumental vase Charpin de 1,15 mètre, la plus grande forme produite actuellement. Ces 27 vases peints sur six formes différentes (Ly, de Presles, d’Angers, Ruhlmann, SR22, Charpin) sont exposés à la galerie de Sèvres à Paris.

« Le foyer de la création »
galerie de Sèvres
4 place André Malraux, 75001 Paris
www.sevresciteceramique.fr
jusqu’au 22 juillet

3. Hymne à la lumière

Normal que Fabienne Verdier, artiste à la gestuelle empreinte de spiritualité, se soit laissé tenter par des vitraux. Ce qui advint en 2018 avec Flavie Vincent-Petit, verrière à Troyes. À elles deux, elles mirent au point une rare couleur abandonnée depuis la Renaissance, le jaune d’argent, en lui donnant le rôle principal afin d’insuffler du soleil dans le chœur de l’église de Nogent-sur-Seine. L’exposition se fait l’écho de cette collaboration, tout en montrant d’autres œuvres de la peintre.

« Alchimie du vitrail »
musée Camille Claudel
10 Rue Gustave Flaubert, 10400 Nogent-sur-Seine
www.museecamilleclaudel.fr
du 2 avril à 26 septembre

Fabienne Verdier, Flavie Serrière-Vincent-Petit, Détail des vitraux pour les baies du coeur de l’église Saint-Laurent de Nogent-sur-Seine © Christophe Deschanel

4. L’œil, miroir des émotions

Fruit d’une collaboration entre Paris Musées et le secteur 3 du Groupe hospitalier universitaire Paris Psychiatrie et Neurosciences, cette exposition est aussi passionnante qu’originale. Ce sont les émotions des uns et des autres qui ont dicté la sélection des quatre-vingts œuvres réunies ici, produites par des artistes aussi différents que Rembrandt, Victor Hugo, Antoine Bourdelle, Odilon Redon, Ossip Zadkine, Brion Gysin, Eduardo Arroyo ou Caroline Feyt. Leur point commun ? Parler du regard. Le parcours s’articule autour de quatre thématiques : « L’œil, l’autoportrait », « Voir ou regarder », « Vision, imagination », « Mythes et réalités ».

« Regards »
maison de Victor Hugo
6 place des Vosges, 75004 Paris
www.maisonsvictorhugo.paris.fr
jusqu’au 5 juin

Anonyme, Pendentif, oeil droit bleu peint en miniature Gouache, monture en or, verre sur les deux faces, 4,3 x 2,1 cm Paris, musée Carnavalet – Histoire de Paris

5. Monop’ s’invite aux Arts déco

Les enseignes Prisunic puis Monoprix ont largement contribué à démocratiser le design, avec pour devise d’offrir « le beau au prix du laid ». Disséminées au fil du parcours permanent du musée, plus de cinq cents œuvres (mobilier, objets, affiches publicitaires…) mettent en lumière les plus belles collaborations de ces marques avec des graphistes, des stylistes, des photographes et de grands designers comme Terence Conran, Marc Held, India Mahdavi, Constance Guisset ou Ionna Vautrin.

« Le design pour tous : de Prisunic à Monoprix, une aventure française »
musée des Arts décoratifs
107 rue de Rivoli, 75001 Paris
madparis.fr
jusqu’au 15 mai

Cet article De la maison de Victor Hugo au Musée des Arts décoratifs, 5 expositions à visiter à Paris ce weekend est apparu en premier sur Connaissance des Arts.