Avec son nouveau timbre, La Poste célèbre Rosa Bonheur, l’artiste qui révélait l’âme des animaux

Le prochain timbre de La Poste mettra à l’honneur un dessin animalier de Rosa Bonheur (1822-1899), à l’occasion du bicentenaire de sa naissance en 2022. Émission philatélique spéciale de La Poste qui tire au format timbre une œuvre d’art représentative de la culture française, elle arborera, dès le 7 mars prochain, une gravure du Portrait d’un lion (1879) de la peintre pionnière de la représentation animalière, conservée au château de By à Thomery (Seine-et-Marne), qui est également le musée Rosa Bonheur. 612 000 exemplaires seront disponibles pour 2,86 euros. Une mise en avant d’une œuvre représentative d’une facette de l’art de Rosa Bonheur, dont la peinture à l’huile de ce même lion Néro (qui a vécu au château de l’artiste) est aujourd’hui visible dans les collections permanentes du Musée du Prado (Madrid). La peintre a immortalisé de nombreux félins au cours de sa carrière. Souvent en mouvement dans un milieu naturel, ici, le dessin préparatoire montre le visage du fauve, le regard rivé vers le spectateur, restituant à la fois l’anatomie, au plus près de la réalité, et la psychologie animale.

Une artiste femme innovante et star internationale

Pionnière pour son époque, Rosa Bonheur s’est illustrée dès son plus jeune âge dans l’art de la peinture et de la sculpture. Elle fait ses débuts à 14 ans, formée par son père, lui-même peintre, et devient vite respectée de tout le milieu artistique de sa génération et décroche à 23 ans sa première médaille au Salon de Paris. Elle atteint une grande notoriété avec Le Marché aux chevaux (1852-1855), une de ses œuvres phares longue de cinq mètres, se fait une place dans un monde complètement masculin et devient une star internationale, appréciée des États-Unis à la cour d’Angleterre. En 1865, elle est la première artiste femme à recevoir la légion d’honneur, symboliquement remise par l’impératrice Eugénie. Elle a marché toute sa vie en funambule entre une vie de célébrité et sa vie quotidienne au vert dans son domaine où elle pouvait peindre à loisir cette nature qu’elle aimait tant. Icône de l’émancipation des femmes, Rosa Bonheur affirmait que « le génie n’a pas de sexe », en refusant le mariage avec un homme et une vie plutôt classique et bourgeoise dans son château de région parisienne, théâtre de ses créations pendant près de 40 ans, préférant rester célibataire et sans enfant.

Dessin du Portrait d’un lion (XIXe siècle) de la peintre pionnière de la représentation animalière
©️Valérie Besser d’après photo du musée Rosa Bonheur

Un bicentenaire riche en événements

À l’occasion des 200 ans de sa naissance, de nombreux hommages lui seront rendus. Du 8 mars au 30 août, le château de By inaugurera l’extension du musée et l’exposition temporaire sur le thème des œuvres disparues en partenariat avec le Département de Seine-et-Marne avant de lui dédier l’exposition « Rosa Bonheur intime », du 17 septembre au 30 janvier 2022, qui rassemblera un très important fonds photographique sur plaques de verre inédit. Dans sa ville natale, Bordeaux, une grande exposition lui sera consacrée au musée des Beaux-Arts du 18 mai au 18 septembre 2022, soit la première rétrospective dédiée à l’artiste depuis celle présentée en 1997 à Bordeaux, Barbizon et New York. L’événement, en collaboration avec le musée d’Orsay, exposera près de 200 œuvres (peintures, arts graphiques, sculptures, photographies et documents) et sera présenté dans un premier temps à Bordeaux puis, à Paris, dès octobre. Paraîtra en mars prochain le livre de Patricia Bouchenot-Déchin, intitulé Rosa Bonheur, Peintre, Sculpteur, star malgré elle (éd. Albin Michel). L’ouvrage retracera ce destin hors du commun et précurseur d’une artiste tombée dans l’oubli après sa mort. Enfin, la thématique animalière, chère à Rosa Bonheur, sera également mise à l’honneur lors du Festival d’histoire de l’art à Fontainebleau en 2022.

Le souvenir philatélique est vendu à 6,50 € (1 feuillet de 1 timbre)

« Imprimer l’une de ses œuvres sur un petit papier qui voyage à travers le pays, c’est un très beau symbole, pour une artiste qui a sillonné la France, ses pinceaux et ses couleurs à la main, confie Katherine Brault, propriétaire du château de Rosa Bonheur à « Philaposte », le catalogue de vente de produits trimestriel de La Poste. « Je cherchais à montrer une autre facette de la personnalité et de l’œuvre de l’artiste que l’on a toujours assimilée aux peintures de vaches ou de moutons. (…) Le lion c’est aussi le symbole de la puissance, de la volonté, de la fierté, de la force et de l’indépendance. Ce sont les traits de caractère de Rosa Bonheur. » Cet hommage de La Poste s’inscrit dans le programme philatélique de l’institution. Chaque année, des artistes et éléments du patrimoine français sont mis à l’honneur. Après Rosa Bonheur, le mine Marceau ou encore Jeanne Moreau ajouteront une touche artistique à nos courriers.

Cet article Avec son nouveau timbre, La Poste célèbre Rosa Bonheur, l’artiste qui révélait l’âme des animaux est apparu en premier sur Connaissance des Arts.