Art contemporain : Robin Kid, manipulateur d’images pop

Sous des allures d’immenses collages mixant personnages et objets de bande-dessinée ou de films d’animation à des clichés sortis de l’actualité récente, Robin Kid raille les travers de nos sociétés multiconnectées et assure vouloir faire passer des messages sur les changements climatiques, la montée des nationalismes, la pandémie de Covid-19 ou les meurtres perpétrés par la police. Ses toiles sont pourtant joyeuses, Pop, intrigantes par leur qualité technique (autodidacte, il a appris seul à peindre comme Rembrandt ou Caravage).

Mauvaises news

Dans It’s All Your Fault, il juxtapose des représentations de sculptures antiques (les marbres du Parthénon conservés au British Museum) à une carcasse de voiture brûlée. « Les news nous arrivent au creux de la main, vingt-quatre heures sur vingt-quatre, assure-t-il. On a celles dont on a envie, de la couleur dont on a envie. Et les news sont mauvaises, nous submergent et nous désensibilisent. Pourtant je suis accro et je crois qu’on l’est tous. »

It’s All Your Fault – III, Robin Kid aka The Kid, Huile sur toile montée sur un mur en aluminium – 232.5 x 346.5 x 4.2 cm. ©Robin Kid aka The Kid – Courtesy de l’artiste et Templon – Studio focus – VHD

Clins d’œil autobiographiques

Même s’il se défend de toute référence autobiographique dans son œuvre, Robin Kid truffe ses toiles de clins d’œil à sa vie. Ici, un visage tout noir fait référence à son grand-père mineur qui a fait tourner une aciérie en Allemagne pendant la guerre et a permis à des Juifs de s’évader. Là, c’est la maison de ses rêves, loin de celle de son enfance sagement alignée dans un coron sans fin. Sous les traits des gamins jouant au baseball ou au football américain, c’est lui qui se cache, lui qui a fui sa famille à 14 ans, lui le mauvais élève parti à New York, à LA, à Milan, à Paris. Mais la piste de la biographie n’aide pas beaucoup. Robin Kid nous entraîne là où il veut. Il marie ses souvenirs à des événements plus grands que lui. Il montre la collusion de milliers d’images dans notre cerveau biberonné à la télévision, aux réseaux sociaux et aux jeux vidéo, là où la mort de George Floyd sera demain aussi banale qu’un coucher de soleil sur Malibu. Malgré son jeune âge, il est un grand manipulateur.

À voir

L’exposition « It’s All Your Fault », galerie Daniel Templon, Paris, du 4 septembre au 23 octobre.

1991

Naissance de Robin Kid.

2013

Participe à l’exposition « They Were, They Are, They Will Be » à la galerie Alb à Paris.

2016

Participe à « Now is Our Future », exposition au Carreau du Temple à Paris.

2018

Exposition collective « The Bic Collection », montée au CentQuatre par Hervé Mikaeloff et Ingrid Pux.

2020

« The Future is old », exposition personnelle au MOCO Museum d’Amsterdam.

2021

Première exposition personnelle à la galerie Templon.

Cet article Art contemporain : Robin Kid, manipulateur d’images pop est apparu en premier sur Connaissance des Arts.