Art contemporain : le Turner Prize 2021 dévoile ses finalistes et mise sur l’art engagé

Le Turner Prize 2021 est assurément placé sous le signe du collectif. C’est en tout cas l’ambition du jury de cette 38e édition du célèbre prix d’art contemporain, qui a annoncé ce vendredi 7 mai la liste des 5 finalistes. Les groupes d’artistes sélectionnés l’ont été en fonction de leur engagement associatif et leur capacité de transformation sociale. Leur travail fera l’objet d’une exposition à Coventry, capitale britannique de la culture 2021, du 29 septembre prochain au 12 janvier 2022. Le gagnant du prix, quant à lui sera annoncé le 1er décembre prochain à la cathédrale de Coventry, lors d’une cérémonie retransmise en direct par la BBC. Le vainqueur remportera une subvention de 25 000 livres (29 000 euros) et les autres finalistes repartiront avec une enveloppe de 10 000 livres (11 500 euros).

Lien social et engagement

« L’une des grandes joies du Turner Prize est la manière dont il capte et reflète l’esprit du moment dans l’art britannique contemporain. Après une année de blocage au cours de laquelle très peu d’artistes ont pu exposer publiquement, le jury a sélectionné cinq collectifs exceptionnels dont le travail a non seulement continué à travers la pandémie, mais est devenu encore plus pertinent en conséquence », selon Alex Farquharson, directeur de la Tate Britain et président du jury du Turner Prize. L’aspect solidaire a en effet été déterminant dans le choix des cinq finalistes.

Array Collective, un groupe d’artistes de Belfast, à mi-chemin entre performance et manifestation, travaille principalement sur les problématiques nord-irlandaises et les questions des droits LGBT et d’avortement, auquel l’accès reste compliqué malgré sa légalisation en 2019. Leurs mobilisations alliant sujets graves et humour, sensibilise la population aux nombreuses injustices sociétales, comme la forte ségrégation économique et religieuse qui sépare riches et ouvriers, catholiques et protestants, unionistes et loyalistes, par ailleurs accentuées par le Brexit et la crise sanitaire.

Array Collective, International Women’s Day, 2019 © Alessia Cargnelli

Le collectif Black Obsidian Sound System (BOSS) promeut un activisme artistique radical à destination des personnes de couleur de la communauté queer et transgenre. En mêlant arts graphiques et installations sonores, ils détournent les codes de la vie nocturne urbaine. L’aspect communautaire revêt un aspect important et vise à impulser l’émancipation de leurs semblables dans la capitale anglaise.

Le groupe B.O.S.S., ici au Sommerset House, œuvre à l’émancipation au niveau local © B.O.S.S.

Performeurs au carrefour de l’art, de l’architecture, de l’écologie et de la géopolitique, les membres londoniens de Cooking Sections s’intéresse à la production mondiale et à la répartition de la nourriture autour du globe. Au travers d’installations et de performances, ils questionnent notre rapport à la nourriture et la façon dont l’alimentation peut transformer la société. Cette thématique était au cœur de « Climavore », un projet dont la Tate Britain a salué l’ingéniosité.

Cooking Sections axe ses performances autour de la question écologique et de l’alimentation au niveau mondial. Cooking Sections, Art Now: Salmon, A Red Herring, Tate Britain, 2020 © Lucy Dawkins, Tate

Pour atténuer le manque d’interactions sociales pendant le confinement, le collectif Gentle Radical, basé à Cardiff, a lancé un grand projet collaboratif intitulé Doorstep Revolution (Révolution de pallier) qui visait à partager les histoires de voisinage de leur quartier. Leur engagement pour le cinéma indépendant, avec la création de leur propre club favorisant la création de métrages autoproduits, a également séduit le jury du Turner Prize.

Le collectif Gentle Radical a cherché à mêler art et lien social pendant le confinement. Gentle Radical, Doorstep Revolution Community Flyer © Gentle Radical

Enfin, le Project Art Works rassemble différents artistes neuroatypiques et cherche à diffuser et mettre en valeur leur art en Écosse et au Royaume-Uni en général. Leurs expositions, événements et films centrés sur des artistes ayant plus de mal à trouver leur place dans les circuits traditionnels ont été très bien accueillis par le jury du Turner Prize.

Project Art Works travaille à promouvoir l’art réalisé par des personnes neuroatypiques. Project Art Works, Siddharth Gadiyar, Phoenix Art Space, 2019 © Project Art Works

Cet article Art contemporain : le Turner Prize 2021 dévoile ses finalistes et mise sur l’art engagé est apparu en premier sur Connaissance des Arts.