Affaire du “Grêlé” : “Personne n’a pu croire un seul instant qu’il pouvait être l’individu recherché”, confie un ancien collègue policier

François Vérove, l’ancien gendarme qui s’est suicidé dans le Gard était bien le “tueur au visage grêlé”. Il a laissé une lettre d’aveux et a été confondu par son ADN.